L'actualité immobilière des agences Agence du sud
30 Mar

Vous pouvez acheter une maison à Roquevaire à 1,35% sur 20 ans !

Alors qu’il était encore possible d’emprunter à moins de 1 % sur 20 ans – voire même sur 25 ans – en janvier 2022, désormais c’est quasiment mission impossible, sauf très rares exceptions… En mars, dans le sillage des taux d’emprunt d’État, plusieurs banques ont remonté leurs taux de crédit, de 0,10 point, mais jusqu’à 0,5 point pour l’une d’entre elles… Une hausse de taux inédite en un seul mois !

1,35 % en moyenne sur 20 ans, encore un taux attractif
Vous souhaitez acheter une maison à Roquevaire ? La bonne nouvelle ? Pour autant et, en dépit du conflit en Ukraine, les banques n’ont pas fermé le robinet du crédit et l’immobilier est plus que jamais une valeur refuge, même si la situation pourrait avoir des conséquences indirectes pour les emprunteurs, via la hausse du coût des matières premières et de l’énergie notamment. Et, à 1,35 % en moyenne sur 20 ans, on reste sur des niveaux de taux encore attractifs malgré les récentes hausses !

« En mars, dans la lignée du mois de février, compte tenu de la hausse des taux de refinancement et de la remontée des taux d’emprunt d’État, les banques ont poursuivi le mouvement de remontée de leurs taux de crédit dans un contexte global de remontée des taux. Pour autant les banques ont toutes des objectifs de production de crédit élevés qui devraient les conduire à continuer à prêter tout en veillant à préserver leurs marges. Mais des décotes de taux restent quand même possibles pour les meilleurs profils… », analyse Julie Bachet, directrice générale Vousfinancer.

Des hausses de taux sans rapport avec la guerre en Ukraine
Ainsi les taux moyens proposés sont en hausse à 1,2 % sur 15 ans, 1,35 % sur 20 ans et 1,55 % sur 25 ans. Les taux pour les meilleurs profils remontent également tout en restant encore très attractifs: 0,80 % sur 15 ans, 0,9 % sur 20 ans et 1,15 % sur 25 ans.

« À ce jour, aucun de nos partenaires bancaires n’a mentionné le conflit en Ukraine pour justifier les dernières hausses des taux. En revanche il y a clairement un impact de la hausse des taux d’emprunt d’État, qui pourraient continuer à augmenter significativement en cas de conséquences économiques pour la France ou d’une implication dans le conflit qui pourrait accroitre le risque pour les investisseurs et faire augmenter le taux des obligations d’État », ajoute Sandrine Allonier, directrice des études de Vousfinancer.

O.D. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée