L'actualité immobilière des agences Agence du sud
10 Mai

Votre terrain à La Ciotat intéressera probablement un citadin qui rêve de se faire construire une maison !

Vous avez un terrain à vendre à La Ciotat ? Ne renoncez pas à vous en départir ! Il intéressera certainement un citadin qui souhaite se faire construire une maison après le confinement. En dépit de la crise du Covid-19, les Français n’ont pas renoncé à leurs envies immobilières. Et beaucoup d’entre eux cherchent désormais des biens avec jardin ou terrasse. Pour preuve, ces dernières semaines, les recherches de maisons ont explosé sur les portails d’annonces. Et beaucoup ont encore confiance dans l’immobilier.

L’immobilier demeure une valeur refuge !
Au regard des crises passées, la crise bancaire et financière de 2008-2009 est riche d’enseignements, même si la crise actuelle n’est pas directement liée à des dérèglements de l’économie. Les capacités d’achat des ménages et les conditions de financement sont meilleures qu’en 2009. La BCE a d’ores et déjà annoncé un plan d’urgence massif pour tenter de contenir les répercussions sur l’économie, et le gouvernement français, par son prêt garanti, cherche à éviter aux banques de supporter le coût de la crise.

Néanmoins, il est à craindre que celles-ci, confortées dans cette posture par les préconisations à l’automne du Haut Conseil de stabilité́ financière, resserrent leurs conditions de crédit et réévaluent les dossiers les moins solides, notamment ceux des primo-accédants. Cette demande structurelle demeure par ailleurs portée par des taux d’intérêt qui restent très attractifs : le taux d’intérêt moyen des crédits nouveaux à l’habitat se stabilise à son plus bas seuil historique, 1,17 %, après 9 mois consécutifs de baisse. Les OAT (« emprunts d’État ») à 10 ans, qui orientent la direction des taux des crédits immobiliers, sont également à un niveau exceptionnellement bas (0,18 % au 26 mars 2020, en pleine crise sanitaire).

L’immobilier reste une valeur refuge face aux autres placements, notamment les marchés boursiers, qui ont connu depuis le début de l’année 2020 tout d’abord une très forte volatilité puis une chute extrêmement brutale, le CAC 40 passant en trois semaines de 6 000 à 4000 points.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée