L'actualité immobilière des agences Agence du sud
26 Jan

Votre agence immobilière d’Aubagne fait le point sur l’étude de l’INSEE au sujet des logements !

L’immobilier vous intéresse ? L’Institut national de la statistique et des études économiques a publié une étude sur le logement. Votre agence immobilière d’Aubagne fait le point sur ses principales conclusions !

Depuis 35 ans, 11 millions de logements supplémentaires
Au 1ᵉʳ janvier 2019, la France comptait 36,6 millions de logements, soit 11 millions de plus qu’il y a 35 ans. Sur cette période, le parc s’est accru de 1,1 % par an en moyenne.
Le nombre de résidences principales augmente à un rythme un peu moins soutenu que l’ensemble du parc depuis une dizaine d’années avec une hausse d’environ 0,9 % par an, alors qu’il avait augmenté un peu plus vite que ce dernier entre le début des années 1990 et le milieu des années 2000. En 2019, 16 % des résidences principales se situent dans l’unité urbaine de Paris et 21 % dans une commune rurale. Ces proportions ont légèrement diminué en 35 ans au profit des unités urbaines autres que Paris.

L’habitat individuel reste la majorité
L’habitat individuel représente 56 % des logements. Il est majoritaire parmi les résidences principales comme parmi les résidences secondaires. Depuis 2008, sa part recule légèrement, car le nombre de logements collectifs augmente rapidement. Depuis 2013, les logements achevés dans l’année sont en effet plus souvent collectifs qu’individuels, alors que c’était l’inverse avant 2008.

Six ménages sur dix sont propriétaires de leur résidence principale
58 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale. Cette part est stable sur les dernières années, alors qu’elle n’avait cessé de croître depuis les années 1980 jusqu’en 2010. Parmi les propriétaires, environ un tiers sont accédants, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas fini de rembourser leur emprunt. La part d’accédants à la propriété se stabilise depuis une dizaine d’années, alors qu’elle avait fortement augmenté dans les années 1980 avant de baisser jusqu’au milieu des années 2000.

La part des propriétaires sans charge de remboursement s’est régulièrement accrue jusqu’en 2010, en partie sous l’effet du vieillissement de la population. Elle s’établit à 38 % en 2019, contre 28 % 35 ans auparavant.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée